Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.02.2011

C'était tout à l'heure au Périscope

cabaret poétique périscope

Le Périscope tout à l'heure: accueil adorable par Frederick et Dimitri, lieu chaleureux au pied d'une prison-vestige. Grand merci à eux et à tout le monde !

Je suis très heureux de la façon dont tout a fonctionné ce soir; ressenti personnel, je trouve que les textes se sont vraiment bien "rencontrés". Hélas, personne ne m'a dit le contraire, ce qui a tendance à m'alarmer.

Bref, vous pouvez jeter un oeil sur le programme de cette lecture à deux voix sur le blog de ma collaboratrice de scène (Ouh, elle va aimer !).

J'ajoute qu'au-delà de nous, ce cabaret était admirablement fréquenté; oui, je suis très fort pour les compliments.

Merci à tous ceux qui sont venus, grâce à eux je ne me suis pas senti désarmé face à la population incroyable du fan club de Samantha. A suivre peut-être quelques photos pour les coeurs restés loin des yeux (j'ai pas pu caser sur scène tous les jeux de mots qui me sont venus !).

Pour ceux qui ont aimé l'oeil, (le premier texte), vous le trouverez là en ligne. Il est également disponible en papier:
- pour les lyonnais, faites un détour par l'admirable librairie Coquillettes, qui a plus d'un charme dans son sac, et entre autres celui de m'avoir gardé une place pour mon oeil;
- pour les non-lyonnais, ça se complique à peine, c'est là qu'il faut aller.

Pour suivre les prochaines actualités de mon oeil (il va y en avoir : j'ai à vous annoncer deux très belles publications de nouvelles dans les prochaines semaines), abonnez-vous à la newsletter d'ici-bas, ou bien faites de moi un ami sur facebook (cliquez sur le premier oeil du tas d'oeil ci-contre, oui c'est compliqué, mais c'est bien comme ça !).

A bientôt !

16.02.2011

Rappel, dans quelques jours... l'oeil se poste dans le périscope !

PerdezLOeilDansUnBar.JPGEt pas tout seul, car il va y en avoir des yeux dans le tube, comme des boules de loto.

J'espère que vous viendrez, vous, spécialement.

Si, j'aimerais bien.

10.02.2011

Mais venez, enfin, venez !

Comme je vous le disais là, venez tous !
Et la preuve maintenant avec l'affiche, vous verrez des anges !

périscope, cabaret poétique #5

03.02.2011

Le dimanche 20 février, l'OEiL se propose à vos rétines et tympans au Périscope à 17h

bouche, oeilL'œil (voir ci-contre, comme on dit dans les vieux livres) va être lu en public.

Et bien accompagné, en plus. En duo avec la grande poétesse Samantha Barendson (Pouet, comme elle dit, histoire de vanter ses talents de la façon la plus indiscutable), qui aura embarqué des textes qu'elle écrit en ce moment sur le même thème, et avec des vrais bouts d'espagnol dedans.

C'est au Cabaret poétique, ouvert à tous, au Périscope (Lyon 2) le dimanche 20 février de 17h à 19h. Il y a évidemment d'autres gens à l'affiche (je mettrais à jour ce billet dés que j'aurais la liste officielle). Venez en masse y faire trainer vos rétines conquises à ma cause car je crains d'être emporté par la houle amoureuse du fanclub assoiffé de Samantha.

Bon, j'ai un peu le trac, quand même.

Donc faudra pas m'en vouloir si je ferme les yeux, hein.

02.02.2011

Poekia, la revue des gens bien

poekia revista graficaSamantha est une fille formidable. Elle pourrait se reposer sur ses lauriers ou le frémissement de son bout du nez contre l'oreiller à rayures pâles, mais non, elle entreprend des trucs invraisemblables.

Le refus de l'anonymat

C'est vrai, parfois on fait des choses qu'on enterre, alors qu'on peut très bien ne pas en faire et le montrer. Poekia, pour l'instant, c'est un peu ça : une revue virtuelle qui n'existe pas mais que sa fondatrice montre, sur la base de textes existants qui restent cachés.

Ce n'est pas si compliqué d'être artiste. Bravo Samantha, on est très bien entre nous. Et le pire, parait-il, c'est que peut-être qu'un jour ce ne sera plus virtuel. Manquerait plus qu'on soit sur Terre pour réaliser nos rêves, tiens. Tiens. Tiens. Tiens ! Mais tiens, bon sang! (crescendo).

 

21.10.2010

L'attente est longue

DSCF7460.JPGLe métier de jeune auteur, ce n'est pas "écrire", c'est "attendre"! Pas au point de l'empêcher d'écrire, mais...

Envoyer des manuscrits partout, attendre. Romans, nouvelles. Attendre. Celà fait partie du jeu, même si c'est perturbant d'avoir autant de textes dans lesquels on s'est engagés, qui circulent loin et sans écho. Et des fois, surprise ! Me voilà avec deux textes "présélectionnés" auprès de revues... à suivre !