Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'oeil crie

  • Le dernier livre du monde (poésie)

    Le dernier livre du monde (et courts propos annexes sur le rien qui suit en courant) parait en ce mois de mai aux éditions Gros Textes

    Sujet: la saturation, en 60 pages. Autant faire court ! 

    Pour faire un peu plus long, vous en saurez plus, avec de la bonne humeur, dans l'épisode 2 de rue poivre.

     

     

    Si ça vous dit, demandez-le à votre libraire... et en cas d'impossibilité, à l'éditeur :)

    Couv.jpg

  • Le Grain (nouvelle) dans le Visage Vert n°32

    « Le Grain » est une affaire étrange d'enlèvement et de feu, de vol de folie et de liberté. Olivia HB a eu la gentillesse - en plus du talent - de bien vouloir se lancer dans l’aventure d'illustrer cette nouvelle qui sera publiée dans le prochain numéro de la revue Le Visage Vert grâce à Mikaël Lugan et Xavier Legrand-Ferronnière.

    Olivia m'a proposé une dizaine de visuels pour l'illustrer. Ses recherches ici publiées pour leur et lui faire honneur... Les deux visuels retenus sont à découvrir dans la revue.

    Espérer, mourir, aimer...

    Lire la suite

  • Deux recueils à paraitre prochainement

    Deux éditeurs qui n'ont peur de rien publieront cette année deux de mes recueils de poésie contemporaine.

    Pfiou. J'ai jamais dit autant de choses en une phrase...

    à suivre ici :)

    DSCF8035.JPG

  • Un œil au printemps I

    Marches en neige fondante…

    Quelques photos derrière l'oiseau.

    IMG_5041.JPG

  • "Jamais je n'aurais eu" parait dans la revue Pourtant n°2

    Pourtant est une revue ambitieuse, graphique et textuelle. Vous croiserez dans ce numéro, pour photos ou textes: Durian Sukegawa, Emmanuelle Favier, Paola Pigani, Sandra de Vivies, Pauline Marzanasco, Julien Wecxsteen, Guylaine Monnier, Malo de Braquilanges, Marie-France Lesage, P.E. Cayral, Asling, Thomas Pietrois-Chabassier, Sylvain Forlet, Victor Malzac, Vincent Es-Sadeq, Robin Louise, Valéry Meynadier, Amélie Guyot, Patrick Uguen, Valérie Souchon, Marie-Philippe Deloche, Myriam Ould-Hamouda, Camille Ruiz, Jacques Cauda, Francis Malapris, Benoît de Brettes, Isabelle Clémenty, Richard Magaldi-Trichet, Marion Plumet, Mathieu Maysonnave, Lionel Laboudigue, Édouard Perarnaud.

    La revue publie également mon poème "jamais je n'aurais eu" ; un poème érotique en plein air avec une table d'orientation. Je n'en dirai pas plus.

    Plus d'infos et commande sur le site de la revue.

    156118400_485899212799390_7583386648499049657_o.png

  • "Ré volté es": dans Daïmon n°5, "Le Brunch des Généraux" (Théâtre)

    couv daimon5.jpg"Ré volté es", Daïmon n°5 est bientôt là.

    Avec des illustrations à couper le souffle, et des auteurs contemporains qui soufflent sur des noms et références à vertige... Annie Le Brun, Blaise Cendrars, Antonin Artaud, Anaïs Nin, Charmian London, Roger Caillois, Thomas Bernhard, Anna Maria Ortese, Boris Vian, Ursula Le Guin, Bona de Mandiargues, Béatrice Douvre, les poètes du Grand Jeu.

    M'être senti tout petit bien sûr à l'idée de rendre hommage à Boris Vian... jusqu'à me souvenir son tordant et grave "Goûter des Généraux", où des généraux immatures et velléitaires s'embarquaient piteusement dans une guerre. Avant que de réaliser entre autre et in extremis qu'il importait du même élan de désigner un ennemi nécessaire. Cette pièce a été publiée quelques années après la mort de l'auteur par le Collège de Pataphysique en 1962 (illustrée par Siné) ; elle a été jouée à plusieurs reprises dans les années 60, semble t-il... mais j'ai peu d'éléments sur ce point.

    Voici donc dans Daïmon 5 le "Brunch des Généraux" que j'espère aussi drôle, acide et absurde que l'originale... avec un titre plus inscrit dans l'époque (la nôtre)... L'intrigue demeure grave bien entendu : il s'agit d'une court martiale où comparait un homme mort au cinéma plutôt qu'au front... Toute ressemblance avec des personnes ayant existé ne pouvant relever que de la pure coïncidence.

    Pour aller plus loin:

     

    Ont contribué à l'écriture et à l'expression graphique de ce numéro : Juliette Choné, Ayda-Su Nuroglu, Elsa Ohana, Pierre Lebas, Athanor, Jean-Marc Baholet, Marc Valantin, Gilles Plazy, Valérie Rossignol, Amaury da Cauna, Olivier Maillard, Laurent LD Bonnet, Raluca Bélandry, Clément Kalsa, Raphaël Sarlin-Joly, Frédéric Aribit, Frédéric Rivella, et moi-même.

    gouter théatre.jpg gouter siné.jpg

     

  • "Ma dent" dans Teste n°39

    Après "Le dentier" dans la revue Pourtant, "Ma dent" s'infiltre sans carie dans la revue Teste de ce mois de septembre en compagnie de plein de molaires, canines et incisives de gros calibre. Teste, qui se présente comme un « véhicule poétique », nommée en référence au personnage éponyme de Paul Valéry, est publiée par l'association Paroles d'Auteur sous la houlette de Cédric Lerible. Elle en est à son 39ème numéro.

    couv teste.jpg

  • "Le dentier" parait dans le numéro 1 de la revue Pourtant (nouvelle)

    La revue littéraire et photo Pourtant vient de publier son premier numéro, avec une quarantaine d'auteurs et photographes au menu de la banquise de couverture. Une maquette et une réalisation ambitieuses, une équipe, dont l'ami Gilles Bertin, qui se renforce autour de la publication en perspective du numéro 2.

    « Le dentier », une histoire de chat qui vit seul... au milieu des dangers insoupçonnés d'une maison de village, depuis le départ de sa maîtresse pour la maison de retraite, y figure.

    Longue vie à Pourtant !

    couv pourtant.jpg

  • "Punctum Big Band" dans DAÏMÔN 4 (nouvelle)

    La revue DAIMON fondée par Raluca Belandry publie déjà ces jours-ci son numéro 4 intitulé « Albums ». Autour de l'auteur Guylaine Monnier apparaissent des textes et illustrations de Clément Kalsa, Matt Bed, Vincent Guillier, Pierre Troullier et Belinda Cannone. J'y met mon grain de sel avec « Punctucouv.jpgm Big Bang » : un texte sur le mouvement, la volonté, un petit point dans un paysage et le Big Bang. Tout cela à la rencontre d'une phrase de ma fille notée il y a quelques années dans un calepin, d'un proverbe africain de la tribu Igbo (du coup, hop un masque qui change un peu de nos quotidiens), d'une phrase tirée comme un éclair du film « l’Éveil » de Penny Marshall (et donc du roman d’Oliver Sacks) et... bien sûr du sujet central de ce numéro 4 de la revue, le « punctum »*.

    Réjouissant de relier ce qui n'y est pas prédestiné.

     

    * « Le punctum d’une photo, c’est ce hasard qui, en elle, me point (mais aussi me meurtrit, me poigne). » - Roland Barthes, La Chambre Claire

     

    awakenings.jpg masque igbo.jpg
  • Un œil en été III

    Entrez, cette fois.

    20200710_211402.jpg