Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.07.2011

Bon, allez, ça suffit, maintenant je mise tout sur mon décolleté.

décolleté, liberté

Quelque chose de profond pour les sous-marins, d’où la nécessité de gros phares, de rebondi comme deux mondes alors qu'un c’est déjà le bazar y’en a qui ont bien du mal à le ranger, avec la peau douce et des poils car tout ne peut pas être beau sinon c’est un mensonge.

Une chemise avec un col sérieux ou fantasque (y’a une rue qui s’appelle comme ça pas loin de chez moi, c’est joli) mais dans tous les cas des boutons qui se barrent comme si y avait la guerre.

Le succès me guette du haut de son mirador, avec une mitraillette de pudeur devant laquelle je ne cèderai pas. Trop facile. En plus de là-haut il ne voit même pas les poils, du coup il croit au mensonge. Il tire, et hop me voilà écrasé avec juste une framboise même pas une cerise qui dépasse, je flagelle encore un peu, et puis je me repose éternellement sur le malentendu mais à l’orée d’un succès international.

J’ai résumé, hein. Vive ma féminité.

24.08.2010

conforts ultimes, nouvelle [NOUVELLE, EXTRAIT]

EnMorceauxCouvertureHD.jpgConforts ultimes est au coeur d'un projet de recueil de nouvelles qui court depuis l'an dernier. Son échéance approche! Mais conforts ultimes a pris de l'avance sur ses petites soeurs, puisqu'elle a déjà été publiée dans un recueil collectif disponible dans le commerce. Vous pouvez cependant en lire un extrait en appuyant sur "Lire la suite".

Pour ceux et celles qui l'ont déjà lu... petit commentaire bienvenu! Merci!

L'histoire: Marc vit dans une société sur-prévenante et confortable. Le récit se concentre sur le dix-huit mille neuf cent quatre-vingt dix-neuvième jour de sa vie. C'est un texte dense, au style extrêmement tenu et lissé, oppressant. Avec beaucoup de vert. Il pose la question de la liberté face au confort.

Lire la suite