Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.07.2011

Bon, allez, ça suffit, maintenant je mise tout sur mon décolleté.

décolleté, liberté

Quelque chose de profond pour les sous-marins, d’où la nécessité de gros phares, de rebondi comme deux mondes alors qu'un c’est déjà le bazar y’en a qui ont bien du mal à le ranger, avec la peau douce et des poils car tout ne peut pas être beau sinon c’est un mensonge.

Une chemise avec un col sérieux ou fantasque (y’a une rue qui s’appelle comme ça pas loin de chez moi, c’est joli) mais dans tous les cas des boutons qui se barrent comme si y avait la guerre.

Le succès me guette du haut de son mirador, avec une mitraillette de pudeur devant laquelle je ne cèderai pas. Trop facile. En plus de là-haut il ne voit même pas les poils, du coup il croit au mensonge. Il tire, et hop me voilà écrasé avec juste une framboise même pas une cerise qui dépasse, je flagelle encore un peu, et puis je me repose éternellement sur le malentendu mais à l’orée d’un succès international.

J’ai résumé, hein. Vive ma féminité.

12.07.2011

Scoop mondial: la croissance repart grâce à l'intervention d'un doigt dans l'oeil

20051229-0024.JPGJe vous vois tout retorts que vous êtes montés sur de grands chevaux de scepticisme. Femmes et hommes de peu de foi, reculez: vous allez en être pour votre avoine.

Il y a de celà 3 semaines, un lapin sanguinolent sur le billot, un doigt - le mien - tâchant d'en immiter la posture victimaire, j'avais fait appel assez solennellement à la compassion blogosphérienne en fixant d'emblée le seuil de ma satisfaction qui me vaudrait guérison certaine sans gangrène: 3000 commentaires et un doublement des ventes de l'oeil.

Trois maigres commentaires pour l'instant sur le billet posté ici, plus deux reprises solitaires sur facebook, sur le premier angle de vue il apparait donc au premier abord que l'amputation de ma main est désormais inéluctable. Cependant, attendez...

Il y a quelques jours - je viens tout juste de recevoir la dépêche reuters - un deuxième oeil a été vendu, chez Coquillettes cette fois, altérant ainsi l'intactitude résolue de la pile de dix exemplaires qui y reposait depuis six mois...

Les ventes s'emballent, doublement instantané, me voici exhaussé, reste à passer encore un peu de crème sur mon doigt... et à retourner voir mes chers libraires la tête haute pour fêter ma place enfin trouvée dans le hit-parade de leurs ventes.

11.07.2011

partir [Dialogue de l'oeil n°36]

oiseaux sur un fil- Qu'est ce qu'ils ont, à partir, comme ça?
- Z'en ont p't'être marre qu'on les r'garde...
- Ouais...
- Et si on partait, nous aussi..?
- Pour aller les regarder là-bas?
- Toi...
- Oui, j't'regarde depuis trop longtemps...

Je suis un auteur dépassé, fini, paillassonné, en poussière

revue brèvesNouvel abonné de l'extraordinaire revue Brèves, j'ai reçu vendredi le numéro 96. Une page se tourne; ça avait de la gueule de se retrouver en couverture du numéro 95 en cours, ben c'est fini, caramba, tout est à recommencer. Comme ça, juste avant l'été où je pensais dormir sur mes deux oreilles. C'est atroce.

Pas eu le temps de le lire ce nouveau numéro-guillotine de gloire, mais... c'est encore un très joli numéro en tout cas, avec un sujet accrocheur comme pas deux (l'inconvenance).

Pour l'acheter, c'est par ici.

La bonne nouvelle c'est que les numéros sont suivis, ce qui veut dire que les précédents numéros et en particulier le formidable numéro 95 sont toujours disponibles avec la même bonne volonté qu'au premier jour quand on était jeunes.

Quand, même, ça a de la gueule, d'être en couverture de l'avant-dernier numéro de Brèves...

05.07.2011

Un oeil en été (pense-bête)

La maladie des valises; elles enflent et pourtant se font plus légères. Si on souffle du bon côté, elles se déplacent toutes seules dans le salon, bousculent les traces de l'hiver, de l'immobilité.

Les voilà rodées par l'air frais, quelques fleurs panachées dont des linaigrettes, des reflets de ciel, des chemins éblouissants pour l'appareil, des courbatures, des salamandres, des os, du foin, des trucs qui pointent et des vaches, bon, voilà, on a tout, on peut partir.

Un oeil en été, c'est par ici (CLIC)...

 

mare,soleil,linaigrette,été,oeil

 

04.07.2011

le roi coupé [Dialogue de l'oeil n°35]

- Pourquoi t'as coupé le roi ?
- Pour me faire un trône.
- T'as besoin d'un trône, toi ?
- Oui, pour me reposer.

DSCF8632.JPG