Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.09.2010

Déclarations au détail

Déclarationsaudétail [640x480].jpg

25.09.2010

Presque vrai

DSCF6753 (Copier).JPG

toilettes dangereuses

EmbarquementToielttes [640x480].JPG

20.09.2010

La vie [Dialogue de l'oeil n°2]

IMG_9671.JPG

- Ah! T'es quand même venu à ma convocation !
- Bien sûr, Dieu, c'est vous le patron, si tu permets..
- Non, je permets pas, je permets plus... tiens, voilà, prends ça.

Il lui tend un petit paquet sanguinolant.

- Eh! T'es barge, c'est quoi ce truc qui dégouline tout crado qui tâche le nuage virginal qu'on vient d'installer avec Gaby !
- C'est la vie.
- Oui, ben c'est toi qui passera la serpière, tu verras si c'est...
- Non, non, non, et reste poli s'il te plait: ce que je viens de te donner, c'est la vie.
- Hein?
- Oui.
- Mais arrête!!! Déconne pas!!!
- J'ai décidé.
- Mais quoi ? J'ai fais quelque chose de mal?
- Oui, t'écoutes de la musique merdique, c'est impardonnable, les fautes de goût. J'ai toléré, toléré... mais j'en peux plus. Tu te barres. Va vivre ailleurs!
- Bon sang, non!!!!!! Qu'est ce que tu veux que je foute de ça!!! Aaaaaaaaah... c'est immonde, regarde, purée!!! Là, ça palpite!!! Non... Je préfère les travaux forcés, une double-crucifixion....

- Ma décision est prise. Point. Sale ou pas. Tu files.
- Et que veux tu que j'y foute, là-bas, avec ça dans la main ?? Hein?
- Et bien, ça, comme tu dis, tu te le carres-là, sous une côte, n'importe où, où ça te dérangera pas, je m'en contrefous. Et là-bas, tiens, t'as qu'à précher la tolérance, ça te fera les pieds. Tu vas aimer leur musique, je peux te dire!!!!

Et Dieu s'en va, pété de rire.

 

Note: illustration réalisée sans trucage. Je vais peut-être déménager.

15.09.2010

Racontez-moi ! [Dialogue de l'oeil n°1]

DSCF7401 [640x480].JPGLe lac est bleu et ça ouvre les horizons. Les mots se posent. J'ouvre mon sac, en sors plusieurs livres... vraisembablement je n'aurais pas le temps de lire plus de quelques pages.

Un homme arrive. Il me dévisage, mate la pile de livres.

- J'en ai jamais vu autant de ma vie!

- C'est pour avoir le choix, c'est tout.

Il tique, je le vois.

- Je suis désolé... ça vous dérange ?

- Non... mais vous voyez, c'est juste que je n'arrive pas à me dire que l'on trouve de la vie là-dedans... Moi, je vis, ça me suffit. D'ailleurs ma vie pourrait être un roman.

- Très bien ! Racontez-moi ! Je lirai ceux-là un autre jour !

Il esquisse un sourire et garde le silence. Je me reprends:

- Excusez-moi. A force de lire des romans, je finis par croire que tout est partageable...

14.09.2010

Ralentisseurs libre-service

ralentisseursliobreservice (2).JPG