Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.09.2012

Mirettes, vos papiers !

Que vos mirettes s'esbaudissent, après quelques temps flipperesques voyant la disparition de plusieurs de mes belles billes-lettres de plomb, refondues renvoyées têtuement depuis, quelques fort appréciables réalisations de papier verront prochainement le jour.

A savoir des histoires de culottes inédites à surgir quelque part dans quelques temps, mais je ne vous en dis pas plus si ce n'est qu'on lavera ce linge sale en communauté.

Aux alentours de novembre, des dialogues de l'oeil cligneront sur la prochaine édition de la revue Comme en poésie; et par ailleurs, en remerciement inespéré pour mes croisades anti-hygiénistes sans doute, la revue belge Microbe publiera la vague et le douanier.

Maintenant, pour plus de précisions et de clarté, plus de patience...

27.09.2012

La vague et le douanier, haiku prolongé-inversé

la vague et le douanier.JPGLa vague et le douanier est un haiku prolongé-inversé. Ce n'est donc pas un haiku.

Un haiku est une forme (et plus qu'une forme) de poème d'origine japonaise et dont la lecture doit s'effectuer en un souffle.

La vague et le douanier, c'est le temps d'une vague, une vague dans le texte et pas dans le souffle du lecteur. Du coup, il y a un peu de stress, car la vague a des choses à dire.

L'histoire : Une vague arrive sur une côte, anonyme, et y rencontre un douanier. Celui-ci s'oppose à son passage.

Paru dans la revue Microbe.

26.09.2012

Le tour du monde [Dialogue de l'oeil n°62]

- Vous allez où, Monsieur?
- Faire le tour du monde.
- Vous rodez, Monsieur?
- Non, je fais le tour du monde.
- Vous voulez venir boire un verre?
- Non, mille excuses, je n'ai pas le temps, j'ai à faire le tour du monde.
- L'insécurité règne ici, Monsieur.
- Ce n'est pas grave, je ne reste pas, je fais le tour du monde.
- Monsieur!
- Oui?
- C'est dans l'autre sens!

Et le Monsieur qui tentait le tour du monde attendit la nuit, un peu plus loin, pour continuer dans le noir.

DSCF7713 rhone.JPG

25.09.2012

La connexion [Dialogue de l'oeil n°61]

La connexion. Le souffre. Le silence et sa littérature. L'engeance terrible des miroirs courbes. Pupille fixe, fixante.
Être là, juste pour la forme, et s'évader.

La connexion

15.09.2012

L'absolu [Dialogue de l'oeil n°60]

L'absolue nécessité des racines. De s'ancrer. D'attendre son eau. L'absolue nécessité de se répandre, de se croiser les branches, de s'éventrer, de suivre les couleurs de la saison. Et le soleil donne, il paraît. Le recevoir, donc, nécessité.
L'absolu comme cœur embringué à nourrir tout ça avec passion.
Sinon il n'est plus le cœur dit-on.

L'absolu comme nécessité de mourir pour s'échapper.
Oh.

L'absolu

14.09.2012

Une lecture de Lambeaux de Charles Julliet à venir au Bal des Ardents

Après un joli moment en juillet sous les platanes (était-ce bien des platanes? pas que, je crois) du Parc de la Tête d'Or dans le cadre des Dialogues en Humanité et sur le thème de la résilience, voilà qu'une récidive des équilivristes s'annonce, sous la houlette de Mathilde, pour le 11 octobre à la Librairie du Bal des Ardents (Lyon 1er, métro Hôtel de Ville). C'est à 18h, avec un peu de retard, peut-être, mais pas trop, et pas forcément, ou alors seulement moi.

Au programme la lecture à 7 ou 8 voix de 2 extraits (un pour chacune des deux parties du roman) de Lambeaux de Charles Julliet, texte autobiographique d'une délicatesse, d'une justesse et d'une économie rares.

 

lecture lambeaux - bal des ardents.jpg