Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.11.2011

des êtres et des choses [Dialogue de l'oeil n°41]

- Vous avouerez, mademoiselle que ce n'est pas clair, ce que vous attendez ici des êtres et des choses.
- Vous avouerez, Monsieur, que ce n'est pas clair, ce que vous prétendez être ici, entre autres choses.

mouette, miroir, prétendre

14.11.2011

C'est tous les jours comme ça [Clin d'oeil]

tous-les-jours.jpgC'est peu de dire qu'en moins de 150 pages de récits brefs et poétiques, qui unissent la plus plate banalité et la plus amusante incongruité, P. A-G donne une des plus belles leçon de style qu'il soit possible de recevoir.

Savourez: Il est des jours si mal tournés dès le lever que même descendre dans la rue élever une barricade au pied de son immeuble paraît insurmontable.

Pierre Autin-Grenier, C'est tous les jours comme ça, Finitude

10.11.2011

Tu vas me faire porter le chapeau? [Dialogue de l'oeil n°40]

- Tu vas me faire porter le chapeau?
- ça te va bien.
- J'en suis pas sûr...
- Tu voudrais porter quoi ?
- Je sais pas, un tournevis, une aéro-glisseur, des trucs pas courants qui étonnent les filles surtout les belles...
- Tu donnes des tournevis aux filles, toi ?
- Je donne tout aux filles, moi.
- Tu vois, t'es fait pour porter le chapeau.

[Non. Je décline aussi bien toute responsabilité que toute signification facile, voire toute signification tout court. D'ailleurs ma fille est une fille. Et si elle me pique mes tournevis, autant vous dire que je porterai pas plainte.]

chapeau, porter le chapeau

07.11.2011

Incendies

Incendies_fichefilm_imagesfilm.jpgDans l'oeil ce soir, et bien planté dans la rétine, INCENDIES. Gloire soit rendu à mon vaillant vidéoclub, vaillant car il résiste à ce que vous savez. Et merci parce que son conseil du soir a tapé prodigieusement juste.

INCENDIES est un glissement sans répit dans l'histoire d'une femme, une mère, dans son parcours tracé à rebours par ses enfants. Un film terriblement intelligent de construction effacée, avare de mots, une intrigue qui se rapproche pas à pas de l'apocalypse; et au final un apaisement qui surprend, littéralement, comme un tireur embusqué. Superbe renvoi au sujet. INCENDIES renvoie dos à dos bien des choses, et dégonflerait beaucoup de baudruches à lui tout seul.

Bref, touché coulé dans l'oeil, et pas seulement. Loué soit mon vidéoclub (à côté de la place Sathonay à Lyon), et louez INCENDIES.

01.11.2011

oeil pour oeil [Dialogue de l'oeil n°39]

- Tu savais que Victor Hugo avait écrit un texte sur un oeil?
- Oui chhhhtt!!! Dis-donc, t'es bien renseigné, toi!
- Tu te moques?
- Non, non, c'est moi l'oeil en question, c'est pour ça, parle moins fort!
- Oh!
- Chhhhhttt!!
- C'est toi! Dis, t'as pas honte d'avoir persécuté ce pauv'type?
- Suffit, suffit, là t'es déjà en train de faire pareil avec moi... je recommencerai plus, d'accord?

l'oeil, victor hugo